Oise

L’hôtel de ville de Compiègne

Il a été construit entre 1490 et 1530. L’édifice est une transition entre la fin de l’art gothique et la Renaissance. Il est un exemple parfait de l’architecture civile flamboyante des premières décennies du XVIe siècle.

En effet, c’est une époque heureuse pour la ville qui redevient un centre de commerce important, après la Guerre de Cent ans et les guerres entre le Duc de Bourgogne et le roi de France.

Le beffroi culmine à plus de 50m de haut. Dans son clocher, la « Bancloque », qui date de 1303 , est une des plus anciennes cloches connues. Au sommet, les trois Picantins – Flandrin le Flamand, Langlois l’Anglais et Lansquenet l’Allemand – dans leur costume du XVIe siècle, « piquent le temps », en frappant avec leur maillet pour sonner les heures.

L’hôtel de ville a été restauré par Viollet le Duc au XIXe siècle. Ce dernier le présentait d’ailleurs comme « le meilleur exemple d’architecture civile du nord de la France ». Compiègne est alors, de nouveau, une ville impériale, puisque Napoléon III y séjourne fréquemment.

La place de l’Hôtel de Ville est reconstruite presque entièrement après la Seconde Guerre mondiale par l’architecte Jean Philippot. Elle est le sujet de l’épreuve d’intégration du concours des architectes des Monuments historiques en 1945-1946. Au centre, s’élève, depuis 1880, la statue de Jeanne d’Arc par Etienne Leroux.

Alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *